Assurance vie comparatif : 

Faites fructifiez votre argent au meilleur rendement 

Vous souhaitez placer votre épargne par précaution ou pour vous constituer un patrimoine ? Le choix d’une assurance vie n’est pas chose aisée, un comparateur vous permet de comparer des offres adaptées à vos besoins.


Nos 2 meilleures offres en assurance-vie

Vous voulez anticiper l’avenir en plaçant votre épargne ?

Gratuit et sans engagement

Devis en moins de 2 min

La meilleure offre

Comment fonctionne une assurance vie ? 

Réputée pour être le couteau suisse du placement d’épargne, lassurance vie est un contrat qui lie un souscripteur (généralement l’assuré), un bénéficiaire et un intermédiaire financier (banque ou compagnie d’assurance). L’assureur s’engage à verser le capital construit par l’assuré au moment où ce dernier décède ou avant s’il retire son capital. 

Ainsi le souscripteur épargne une somme d’argent rémunérée à un certain taux d’intérêt par l’assureur dans le but de transmettre le capital à un ou plusieurs bénéficiaires désignés. 

Le ou les bénéficiaires sont désignés par l’assuré, ils n’ont pas l’obligation d’être présents au moment de la signature du contrat. 

Le capital est rémunéré par des intérêts qui seront soumis à l’imposition au moment où le capital sera retiré. L’assuré s’engage à verser des primes jusqu’à la fin du contrat et l’assureur s’engage à :  

– Reverser l’épargne sous forme de capital lorsque l’assuré le demande : il s’agit de l’assurance en cas de vie. 

– Reverser l’épargne au(x) bénéficiaire(s) désignés au moment du décès de l’assuré : il s’agit de l’assurance en cas de décès.  

Pourquoi souscrire à une assurance vie ? 

Ce n’est pas anodin si l’assurance vie est l’investissement préféré des français. Au-delà d’être sûr et de proposer des rendements élevés, souscrire une assurance vie permet de répondre à plusieurs objectifs personnels :

Se constituer une épargne de précaution pour l’avenir  

Avec un contrat d’assurance vie, vous prévoyez des dépenses futures telles que les études de vos enfants, les accidents de la vie ou bien les frais d’enterrement. L’assurance vie permet de construire un capital non négligeable pour aborder votre retraite en toute sérénité. 

L’assurance vie permet de faire fructifier votre épargne 

C’est actuellement l’un des placements d’épargne les plus rémunérateurs. Cela vous permettra de transmettre un patrimoine à vos proches. 

Une liberté totale 

Vous pouvez retirer les fonds investis à tout moment, le retrait est totalement gratuit (en dehors de la fiscalité). Les frais d’entrées et de sorties sont très souvent inexistants, mis à part la somme que vous devez verser à l’entrée pour valider l’ouverture de l’assurance vie. Enfin, vous versez le montant que vous voulez et ce, à n’importe quel moment. 

Des frais très réduits 

Les frais d’entrée, les frais de sortie ou encore les frais de gestion sont relativement faibles. Comptez en moyenne entre 0 et 5% selon les compagnies d’assurance. Ils peuvent ainsi être rentabilisés en moins de 3 ans grâce aux intérêts perçus.  

Une fiscalité attrayante 

Grâce à une fiscalité encourageante, l’assurance vie est un produit d’épargne très attractif. 

Est-ce que tout le monde peut souscrire une assurance vie ?

L’assurance vie est accessible à tous ! C’est d’ailleurs l’investissement plébiscité par les français. Il est même possible d’ouvrir une assurance vie lorsque l’on est mineur, l’ouverture doit être effectuée par un représentant légal. N’importe qui en fonction de ses objectifs patrimoniaux est libre de placer son épargne sur une assurance vie. 

Est-il possible d’ouvrir plusieurs assurances vie ? 

Il est tout à fait possible d’avoir plusieurs assurances viecontrairement au PEA, au livret A et au LDD qui ne peuvent s’ouvrir qu’à l’unité 

Souscrire plusieurs assurances vie peut être intéressant pour diversifier vos placements en fonction de vos objectifs : placements en euros ou en unité de compte, réduire la fiscalité, bénéficier de taux d’intérêts plus élevés. 

Y a-t-il un plafond pour une assurance vie ? 

Aucun plafond n’existe pour la souscription d’une assurance vie en France. Vous pouvez déposer le montant que vous souhaitez. En revanche, les assurances vie exigent généralement un montant minimum à l’entrée pour valider l’ouverture de votre assurance vie. Les montants demandés à l’entrée varient selon les établissements, mais ils dépassent rarement les 150 euros. Par ailleurs, cet argent déposé est le vôtre, vous ne payez rien, c’est simplement pour valider votre contrat d’assurance vie. 

Comment souscrire à une assurance vie ? 

Différentes possibilités s’offrent à vous pour ouvrir une assurance vie, les trois principales sont : 

–  La banque  

– Les assurances 

– Les mutuelles 

Chaque établissement propose des offres différentes en termes de taux d’intérêt, de fiscalité et de placement. Utiliser un comparateur d’assurances vie vous permet de trouver une offre qui correspond à vos attentes et à vos besoins. 

Quel mode de gestion pour son contrat d’assurance vie ? 

Avant de choisir le mode de gestion pour votre assurance vie, vous devez réfléchir à votre profil d’épargnant : Etes-vous novice ? Avez-vous des connaissances ? Avez-vous le temps nécessaire pour placer votre épargne en autonomie ? 

La gestion libre 

Vous pouvez très bien décider de gérer vous-même votre assurance vie. Ainsi, vous choisissez librement le support d’investissement : En euros ou en unité de compte en fonction de votre stratégie et du risque que vous souhaitez prendre. 

La gestion confiée à l’assureur 

Appelée gestion profilée, elle permet de confier votre épargne à l’assureur. En revanche, elle implique des frais de gestion contrairement à la gestion libre. C’est une solution qui a l’avantage d’être fiable et qui s’adapte en fonction de votre profil d’investisseur.  

Quels sont les supports d’investissement pour une assurance vie ? 

Il existe deux supports principaux pour les assurances vie : Le support en euros et le support en unités de compte. Le premier est le plus répandu car c’est le moins complexe à comprendre et il est très peu risqué, votre capital investi est garanti par l’assureur. A l’inverse, le support en unités de compte se compose de placements monétaires telles que des actions et des obligations d’OPCVM, d’OPC (Sicav par exemple). Ce sont des placements avec un rendement plus élevé mais également avec un risque plus important, or, le capital n’est pas garanti. 

Nous vous détaillons les principales différences entre les deux supports des assurances vie. 

Les fonds en euros

L’avantage principal de ce type d’investissement est qu’il est 100% sûr, vous n’avez aucun risque de perte de capital. C’est l’assureur qui gère votre capital, il le place sur des placements obligataires d’Etat ou d’entreprises notés au minimum A. Placer son épargne sur des fonds en euros pour permet de bénéficier d’un rendement stable et récurrent. Cet investissement est fait pour vous si vous êtes un épargnant prudent qui souhaite se constituer un capital de façon pérenne.

Unités de compte

C’est un placement financier plus risqué, les gains ne sont pas assurés et vous pouvez même réaliser des pertes. Mais, si vous aimez le risque et que vous souhaitez profiter de rendements élevés, les placements en unités de compte sont idéaux. Vous pouvez investir de façon autonome si vous avez le temps et les connaissances ou bien confier la gestion à un assureur en l’échange d’une contrepartie financière.

Comment choisir son assurance vie ? 

Vous avez du mal à vous y retrouver parmi les nombreuses offres d’assurance vie ? Sans avoir défini vos besoins et vos contraintes, il est difficile de savoir quelles sont les assurances vie les plus adaptées à votre situation. Nous vous guidons en vous listant les éléments importants à avoir en tête avant de choisir son assurance vie. 

Choisissez un établissement fiable 

Qu’il s’agisse d’une assurance, de mutuelles, ou bien d’établissements bancaires, l’assureur doit gérer votre contrat et faire fructifier votre capital avec la plus grande efficacité. Evitez les offres d’assurance vie qui sont régulièrement renouvelées, car les anciens contrats de ces offres ont des rendements plus petits pour compenser les bonus que donnent les établissements aux entrants. 

La rentabilité 

C’est elle qui déterminera les gains que vous allez faire sur votre capital, mais n’oubliez pas qu’une plus grande rentabilité peut être synonyme d’une plus grande prise de risque. Par exemple, si vous optez pour un contrat avec un support en unités de compte, les rendements sont plus importants mais votre capital n’est pas garanti. C’est donc à vous de bien jauger selon votre profil d’investisseur. Choisissez un support en euros pour faire fructifier votre capital sans prendre de risque, et optez pour un contrat en unités de compte si vous recherchez des rendements élevés mais risqués. 

Les frais 

Regardez de près les frais des différentes assurances vie, d’un établissement à l’autre, les écarts de frais peuvent être importants. Ce sont donc des économies non négligeables à la clé. 

Le mode de gestion  

Soyez attentif aux options de gestion des contrats d’assurance vie qui vous intéressent. Vous devez choisir un mode de gestion en fonction de votre profil d’investisseur. 

Assurance vie : quelle fiscalité ? 

La fiscalité des assurances vie est l’une des plus avantageuses car tant que vous ne retirez pas votre capital, vous êtes exonéré de l’impôt sur le revenu. C’est à dire que vous ne devez payer aucun impôt alors que vous percevez des intérêts qui font fructifier votre épargne. 

La fiscalité intervient uniquement au moment où vous reprenez votre capital avant la fin de votre contrat ou bien en cas de décès. Ainsi la fiscalité n’est pas la même si le contrat est racheté ou dans le cas d’un décès.  

La fiscalité lorsque le contrat est racheté  

Elle dépend de la date des versements effectués sur l’assurance vie : 

Pour les sommes versées avant le 27 septembre 2017 

Elles restent imposées selon le barème progressif si le contribuable n’a pas choisi le prélèvement forfaitaire libératoire. 

Si le souscripteur de l’assurance vie a opté pour le prélèvement forfaitaire libératoire, l’imposition varie en fonction de l’âge du contrat : 

– 7,5% lorsque le contrat a plus de 8 ans 

– 15% lorsque le retrait se fait entre la 4ème et la 8ème année 

– 35% lorsque le retrait a lieu avant la fin de la 4ème année 

– 30% si les encours versés dépassent 150 000 euros : C’est dû à la réforme de 2018 concernant la “flat tax”. A noter que pour un couple le seuil est doublé, il est de 300 000 euros. 

Depuis le 27 septembre 2017 

La fiscalité pour les versements effectués est devenue plus complexe. Celle-ci varie toujours en fonction de l’âge du contrat mais également en fonction du montant versé. 

Les contrats de 0 à 8 ans 

La réforme de 2018 concernant la “flat tax” impose un prélèvement forfaitaire unique de 30% pour les assurances vie dont l’âge du contrat est compris entre 0 et 8 ans. 

Les contrats de plus de 8 ans 

Pour un total de versements inférieur ou égal à 150 000 euros  

 Le PFU de 24,7 % comprend les prélèvements sociaux (17,2%) et les prélèvements forfaitaires (7,5%). 

Pour un total de versements supérieurs à 150 000 euros  

Le PFU est de 30%, il rassemble les prélèvements sociaux (17,2%) et un prélèvement de 12,8% qui représente l’impôt sur le revenu 

L’abattement annuel est de 4600 euros pour une personne et de 9200 euros pour un couple. Il est appliqué sur les revenus générés par les versements.  

Fiscalité d’une assurance vie en cas de décès 

La fiscalité dépend de la date d’ouverture du contrat (avant ou après le 20 novembre 1991), de la date des versements et de l’âge de l’assuré au moment des versements.

En cas de décès du bénéficiaire, les sommes perçues peuvent être soumises à deux types de fiscalités

– Aux droits de succession 

– A un prélèvement de 20% 

La fiscalité dépend de la date de souscription du contrat, de l’âge de l’assuré au moment des versements et de la date des versements. 

1) Fiscalité basée sur les droits de succession

– Si le contrat a été souscrit avant le 20 novembre 1991, vous êtes totalement exonéré de droits de succession.

– Si le contrat a été souscrit après le 20 novembre 1991, la fiscalité dépend de l’âge

Si les versements ont été effectués avant le 13 octobre 1998, vous êtes exonéré. Si les versements ont été perçus après cette date,

Nous vous résumons les principales différences à l’aide d’un tableau comparatif.

AgeVersements effectués avant le 13 octobre 1998Versements effectués après le 13 octobre 1998Versements effectués avant le 13 octobre 1998Versements effectués après le 13 octobre 1998
Avant 70 ansAprès 70 ansAvant 70 ansAprès 70 ans
Avant le 20 novembre 1991Aucune taxationAucune taxation- Aucune taxation pour le conjoint du défunt lié par PACS

- Prélèvement forfaitaire de 20% si le montant du capital décès excède 152 500 €

- 20% de prélèvement sur le capital si celui-ci dépasse 700 000 € (après abattement de 152 500 euros)
- Exonération totale des droits de succession pour le conjoint lié par un PACS

- Prélèvement forfaitaire de 20% si le montant du capital décès excède 152 500 €

- 20% de prélèvement sur le capital si celui-ci dépasse 700 000 € (après abattement de 152 500 euros)
Après le 20 novembre 1991Aucune taxationDroits de succession si le montant du capital excède 30 500 (imposition pour la seule partie supérieure à 30 500 €)- Aucune taxation pour le conjoint du défunt lié par PACS

- Prélèvement forfaitaire de 20% si le montant du capital décès excède 152 500 €

- 20% de prélèvement sur le capital si celui-ci dépasse 700 000 € (après abattement de 152 500 euros)
- Droits de succession si le montant du capital excède 30 500 (imposition pour la seule partie supérieure à 30 500 €)

- Pour les sommes supérieures à 30 500 Droits de succession si le montant du capital excède 30 500 (imposition pour la seule partie supérieure à 30 500 €, les droits de succession dépendent du lien de parenté entre l'assuré et le bénéficiaire

Quelles sont les différences entre l’assurance vie et l’assurance décès ? 

Souvent confondues, les deux assurances sont pourtant bien différentes en termes d’objectifs : L’assurance vie sert à se constituer une épargne de précaution alors que l’assurance décès sert exclusivement à prévoir les frais liés à son décès. L’assurance décès anticipe un risque, c’est pourquoi on la nomme souvent “contrat à fond perdu”. Si à la fin du contrat le souscripteur n’est pas décédé, les versements effectués sont acquis par l’assureur. A l’inverse, une assurance vie sert à se constituer une épargne, le but étant de réaliser des gains pour prévoir de futures dépenses. 

Autre différence non négligeable, le capital d’une assurance vie peut être retiré contrairement à celui des assurances décès. 

Pourquoi utiliser un comparateur d’assurance vie ?  

Vous avez du mal à vous y retrouver parmi les nombreuses offres d’assurance vie ? La recherche d’une offre adaptée à vos besoins peut vite devenir un exercice périlleux et démoralisant. Un comparateur d’assurance vie vous facilite la tâche en vous sélectionnant des contrats d’assurance vie qui répondent à vos besoins. La comparaison en ligne est 100% gratuite et sans aucun engagement. 

Vous souhaitez placer votre épargne en toute sécurité ?

Vous hésitez entre les différents contrats d’assurance vie ?